La Curiosité

Favoriser l’autonomie et le lien social en faveur des personnes retraitées et âgées

Autour d’un fil conducteur, la thématique « la curiosité », ce projet propose de travailler sur  l’intergénérationnel et la question de la transmission. Il s’appuie sur une pratique artistique et culturelle adaptée aux caractéristiques de ce public, apportant exercices artistiques et valorisation de l’expression de chacun.
 Si la curiosité peut être un vilain défaut, comme le dit le dicton, elle est aussi à la base de l’apprentissage de la vie. L’enfant, en étant curieux, découvre le monde, l’expérimente et se familiarise avec ses contours. Une expérience qui peut se calfeutrer au cours du temps, pour se mettre à l’abri des intempéries de la vie.  Et pourtant, la curiosité reste à la naissance de toutes rencontres. 
Nous pouvons être curieux de faire du théâtre, d’apprendre une langue étrangère, d’entendre un récit d’aventure… Dans l’expression « c’est curieux », il est d’avantage question d’étrangeté, de bizarre ; comme peut l’être le comportement de quelqu’un pour un autre, comme peut le sembler ce qui nous est inconnu.

En se basant sur le lien intergénérationnel et par-là, la transmission d’une génération à l’autre, ce projet s’attache à nourrir ce lien entre expérience et étranger.

Des saynètes pour libérer la parole et provoquer des rencontres

Pour lancer le projet, des saynètes seront jouées par les artistes de la compagnie devant les groupes participants, provoquant nous l’espérons, la libération de la parole pour une première rencontre intergénérationnelle.

 

Des ateliers d’expression corporelle et de pratique théâtrale en commun

Après avoir vu ces saynètes, les groupes « séniors » auront des premiers ateliers  qui permettront de lancer la réflexion autour de la curiosité. Ces ateliers s’inspireront de la méthode Feldenkrais qui s’attache à éveiller la curiosité de soi et faire redécouvrir les possibilités du mouvement..

La méthode Feldenkrais est une méthode d’apprentissage somatique qui permet aux patients de prendre conscience de leur façon de se mouvoir et d’améliorer leurs fonctions corporelles et mentales. Elle est destinée à aider à prendre conscience de son corps de la manière la plus sensible possible, à le libérer de ses carcans, à doser ses efforts avec plus de justesse, à mieux connaître ses limites et ses besoins.

Elle aide à retrouver le geste juste, c’est-à-dire celui qui n’engendre ni tension ni douleur dans sa réalisation. Son objectif : un effort minimal pour un effet maximal. Il s’agit d’apprendre à ne plus faire des gestes de manière automatique, mais à les exécuter en toute conscience.

Progressivement s’instaureront des séances en commun avec les plus jeunes. Par le biais de la pratique artistique, nous provoqueront la rencontre. Les artistes de la compagnie proposeront de créer ensemble une oeuvre théâtrale en binôme « personne agée – enfant »

Un temps fort pour mettre en valeur le travail effectué auprès du public

Nous imaginon une journée de restitution, où l’ensemble des saynètes sont présentées aux publics, dans un théâtre (le Collectif 12 à Mantes-la-Jolie). 

Cette journée qui marquera la clôture festive du projet est proposée dans le cadre du festival des créations amateures, organisé par la compagnie début juin 2019.  Elle pourra s’accompagner d’une exposition sur le projet